Conférences

Premier atelier WISTA France « Le numérique, l’avenir du maritime » !

Organisé à Paris le lundi 20 juin dernier dans les locaux du Cluster Maritime Français, cet atelier de travail et de réflexion a réuni une vingtaine de membres venues écouter et débattre avec notre intervenante.

• Quels sont les réseaux sociaux les plus utilisés, les plus puissants ?
• Comment les entreprises utilisent-elles les réseaux ?
• Comment définir et comprendre la révolution digitale d’une entreprise ?
• Quel est l’intérêt d’une social media room ?
• Comment mesurer la réputation 2.0 d’une entreprise ?
• Crise et web social, comment gérer ?...etc.
Autant de questions auxquelles Véronique Reille-Soult a apporté des réponses concrètes au cours d’une présentation très enrichissante qui a captivé les membres du réseau.

 

Si vous souhaitez recevoir la présentation, merci de contacter Marie-Noëlle Tiné 

 

Le deuxième atelier de WISTA France consacré à l’économie numérique et son utilisation dans les entreprises maritimes sera organisé en septembre 2016. Nous vous communiquerons la date prochainement.

En savoir plus sur Dentsu Consulting


Le bilan de la COP21 par WISTA France

Pasquine Albertini, responsable Communication d'Armateurs de France et membre de la cellule Communication de la Plateforme Océan et Climat, a présenté le bilan « Océan » de la COP21. Elle a également dessiné les perspectives qui s'offrent désormais au secteur maritime dans les négociations internationales. C'était le 24 février dernier, lors d'un petit déjeuner WISTA.

Téléchargez le compte rendu de ce bilan COP21.


Télécharger le PDF

Info Flash

Venez visiter le port de Nantes Saint-Nazaire et participer à des rencontres et débats

Cette journée sera l'occasion de donner la parole :

- aux entreprises sur l'essor des activités liées à la mer et de leur impact dans l’économie des Pays-de-la-Loire, et de les faire témoigner sur les enjeux de l’attractivité des métiers et de la formation dans une économie maritime de plus en plus interconnectée,

- aux femmes dirigeantes et cadres dans les entreprises sur les opportunités d’évolutions de carrière, ainsi que sur les passerelles entre différents métiers ou secteurs, et sur la mixité des équipes comme levier de performance.

 

Cette journée débutera à 13h30 par une visite du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire pour les membres de WISTA (et aux professionnelles non-membres selon les places disponibles) puis se prolongera à 15h30 par une table ronde à la CCI de Saint-Nazaire.

 

Cette table-ronde sera suivie d’un cocktail-networking de 17h à 18h30.

 

Inscription obligatoire auprès de Marie-Noëlle Tine.

 

* Si vous venez de Paris, nous vous recommandons de prendre le TGV de 8h46 arrivant à 11h30 à Saint-Nazaire, pour déjeuner ensemble à la brasserie de l’hôtel le Berry, à côté de la gare, puis rdv à 13h pour le départ en car direction le Port et la CCI. La fin du programme est prévue à 18h30 et le retour par le TGV de 19h10.  (Le transport jusqu’à Saint-Nazaire et le déjeuner sont à vos frais).


Inscrivez-vous ! 3e Cycle de l'IHEDN - 2017-2018

Cette formation, dispensée en 8 séminaires de 2 jours (les vendredis et samedis), est complétée par 2 missions d’étude : "Europe" et "Monde", respectivement de 3 et 5 jours.
Elle regroupe une trentaine d’auditeurs : hauts fonctionnaires, civils et militaires, décideurs représentatifs des différents secteurs économiques liés aux grands enjeux maritimes. (Publication au Journal officiel et statut d’auditeur de l’IHEDN)
Le renforcement des liens entre les auditeurs, autant que le croisement de leurs expertises, permet d’accéder à une vision stratégique globale.


Date limite d’inscription : 15 avril 2017 

 

Plus d’informations au 01 44 42 47 06 ou sur le site internet

 
Consultez le programme 2017/2018 ici


Pour votre information sur les 28 auditeurs que comptait la 1ère session, 6 sont membres de WISTA : Pascale Mesnil, Cécile Bellord, Evelyne Iliou, Christine Valentin, Sabine Roux de Bézieux et Marie-Noëlle Tiné. Vous pouvez donc les interroger sur cette formation si vous avez des questions. 


Des nouvelles de Laura, notre filleule 2015

Le message complet de Laura : 

Depuis l'an dernier, le projet HydroTech dont je m'occupais a participé à la compétition HydroContest de l'été 2016. Nous n'avons pas remporté de récompense mais nous avons pu atteindre un budget de 12 000 €. J'avais le poste de gérante de la communication et de trésorière donc personnellement, j'avais atteint mes objectifs mais je n'ai pas pu assurer la communication de la compétition.
En deuxième année nous avons eu des cours très théoriques : ondes, mécaniques.
Cette année, en troisième année, les cours sont un peu plus concrets : on fait de la maintenance, conduite des équipements/circuits et beaucoup de travaux pratiques.

J'ai également fait une formation de deux semaines dans la marine nationale : la PMS qui est proposée en deuxième année pour être réserviste tout en restant naviguant. Ce fut très intéressant de voir les différences entre le milieu militaire et le milieu marchand, tout en constatant les similitudes.

Mon troisième embarquement s'est bien passé. J'ai embarqué une deuxième fois avec Euronav. Je suis partie d'Antifer à proximité du Havre pour rejoindre l'Ecosse à Hound Point, on a chargé un seul produit brut. J'ai pu assister à un purging avant d'aller sur le terminal de BP qui sont très strictes, ils nous demandaient des valeurs basses de H2S et de Mercaptan donc régulièrement je faisais des tests pour vérifier qu'on était bon et on a du démarrer l'installation de gaz inerte pour justement enlever les mauvais gaz et avoir une meilleure atmosphère dans nos citernes. Ce fut très intéressant. Après l'Ecosse, nous avons mis le cap sur la Chine en passant par le Cap Bonne-Espérance. J'ai eu du beau temps tout le long (quand je dis beau temps, nous n'avons pas eu de tempête ni de roulis, juste un peu de pluie et un petit roulis moins de 5° pendant une courte période. J'ai majoritairement été au service pont pendant cet embarquement (au cours de mon précédent embarquement, j'avais fait 2 mois au service machine dans la même compagnie).

Depuis mon retour en novembre, je n'arrête pas entre les cours et les projets. La reprise a été assez impressionnante, nous revenions tous d'embarquement mais les enseignants étaient déjà dans le rythme car leur rentrée avait eu lieu 2 mois avant. Ils nous ont donné une dynamique de travail dès les premiers instants, ça a été assez intense. 
Puis, avec des amies, nous lançons justement le projet musical : nous voulons que notre chorale de l'Hydro ait son CD. Je m'occupe des financements et du côté administratif du projet.
Après avoir fait deux ans HydroTech avec tous les papiers et les responsabilités que j'ai eues, mes amies m'ont demandé de l'aide dans ce domaine.

J'aide également une amie pour l'organisation des rencontres de l'ENSM. Le thème de cette année est "Quoi faire 15 ans après l'Hydro?". Nous recherchons des anciens navigants dans certains domaines comme des avocats, des banquiers, des ingénieurs/techniciens, etc...

Merci pour votre aide !

Laura


Les femmes officiers de la Marine marchande prennent la parole

Armateurs de France et l’ENSM ont fait de la mixité des formations et des métiers une de leurs priorités. Ainsi, en 2014, Armateurs de France était l’un des signataires du Plan gouvernemental sectoriel sur la mixité dans les transports. De son côté, l’ENSM a entrepris de sensibiliser les lycéennes aux formations et aux métiers de la Marine marchande.

Et la situation évolue. Ces témoignages de femmes officiers en sont la preuve. Loin des stéréotypes, découvrez une réalité faite de responsabilités, de challenges et de solidarité ! Avec un leitmotiv commun : que l’on soit homme ou femme, on est marin avant tout, avec la passion de la mer chevillée au cœur.


Télécharger le PDF

WISTA France à la signature de la Déclaration « Because the Ocean »

Une réunion de haut niveau organisée par les gouvernements chiliens et français (en la personne de Ségolène Royal, ministre du Développement durable), le Prince Albert II de Monaco Fondation, la Commission de l'océan mondial, l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) et par Tara Expéditions, s’est déroulée ce 29 novembre au Pavillon Tara. Pascale Mesnil et Nathalise Soisson de WISTA France étaient présentes. Un moment chaleureux qui a marqué et lancé en avant première la COP 21.

Une déclaration sur les océans et le changement climatique ….. pour notre avenir.

« Il y a un intérêt croissant à joindre les efforts pour protéger l'océan et le climat. Nous convenons tous que nous ne pouvons pas faire l'un sans l'autre. Parce que l'océan est le seul pilote le plus important de nos systèmes climatiques et de la Terre, parce qu'il est émetteur de la moitié de l'oxygène de nos respirations collectives. L'océan est un service gratuit dans notre écosystème évalué à environ USS 148 milliards par an, beaucoup plus que la cible pour le Fonds Vert pour le climat. Donc, ne devrait-on pas obtenir que l'océan soit mis en avant lors de la COP 21? Ne devrions-nous pas constater que les liens entre les niveaux de carbone de l'atmosphère océanique sont parmi les facteurs clés qui façonnent les stratégies d'action pour le climat ? Oui, parce que l'océan est notre plus grand allié dans la lutte contre le changement climatique et nous devons agir maintenant pour le protéger. »


Véronique Roger-Lacan : la lutte contre la piraterie maritime

Notre petit-déjeuner du mardi 12 février 2015 au Cluster Maritime Français nous a permis d'accueillir Véronique Roger-LacanReprésentante spéciale pour la lutte contre la piraterie maritime. Compte-rendu sur notre site dès la semaine prochaine.

Pour en savoir plus, une interview de Véronique Roger-Lacan parue dans le Point le 6 février dernier : Pour les armateurs, le Nigeria est une catastrophe, ils sont à cran.


Catherine Chabaud, Officier de la Légion d'Honneur

Cette distinction lui a été remise par Françoise Gaill, Conseillère scientifique à l'Institut écologie et environnement du CNRS, au cours d'une cérémonie qui s'est tenue au Palais d'Iena en présence de Francis Vallat, Fondateur du Cluster Maritime Français et Président du réseau des Clusters maritimes européens.Tous les membres du réseau tiennent à féliciter Catherine pour cette distinction qui récompense son implication et son combat de longue date en faveur de l'environnement maritime. 

Plus d'infos sur l'actualité de Catherine Chabaud : www.catherinechabaud.fr


WISTA France rencontre Jean-Paul Delevoye

Une belle rencontre pour les membres de WISTA France reçues au Palais d’Iéna par Jean-Paul Delevoye, président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) le 5 novembre dernier en présence de Catherine Chabaud, membre de la section environnement (et membre de WISTA France) ainsi que de Gérard Grignon, président de la Délégation à l’Outre-mer au sein du CESE.

Retour sur un petit-déjeuner marqué par des échanges enrichissants et captivants depuis l’une des plus belles salles de réunion du Palais d’Iéna, avec vue sur la Tour Eiffel et les jardins du Trocadéro.

 

« Le CESE est un lieu de dialogue neutre et indépendant » 

Jean-Paul Delevoye est président du CESE depuis novembre 2010. 

Le CESE  est une  assemblée constitutionnelle consultative. Il comprend  233  conseillers - nommés  pour 5 ans - répartis  en  18  groupes  de représentation tels que le groupe des entreprises, le groupe de l’agriculture ou encore le groupe des personnalités qualifiées.  Les missions du CESE sont, entre autres, de conseiller le Gouvernement  et  le  Parlement  et de participer  à  l’élaboration  de  la  politique  économique,  sociale  et  environnementale et de  favoriser,  à  travers  sa composition,  le  dialogue  entre  les  catégories  socioprofessionnelles. 

Il est également considéré comme un lieu de dialogue neutre et indépendant - où peuvent être lancés des chantiers de long terme - un lieu de mobilisation collective et citoyenne autour des enjeux de notre société et un outil d’accompagnement du changement.

Après être revenu brièvement sur l’une des périodes de son parcours politique (il a été Ministre de la Fonction Publique, de la réforme de l’État et de l’aménagement du territoire de 2002 à 2004, et Médiateur de la République d'avril 2004 au 31 mars 2011), Jean-Paul Delevoye a fait part aux membres de WISTA France d’un constat alarmant : « Nous sommes dans une société où tout s’accélère. Nous sommes en pleine transformation (le digital par exemple) et la résistance au changement est considérable. Les inégalités entre les Etats persistent, la performance économique prime et elle s’est décrochée de la performance sociale. Il n’y a plus de transversalité entre les différentes catégories sociales. L’opinion publique n’est pas au même niveau que les « techniques » devenus de plus en plus des spécialistes dans des domaines divers et précis » ajoutant que la tension sociale est palpable, le décrochage de l’opinion publique est avéré et le dialogue social, absent.

« Le système politico-économique actuel a peur du changement installé dans la réalité sociale française et il manifeste une certaine méfiance à l’égard de la jeunesse » souligne Jean-Paul Delevoye alors qu’il faudrait au contraire aller chercher les jeunes et leur donner la parole comme le fait le CESE qui compte deux représentants des organisations syndicales d’étudiants les plus représentatives (désignés par le ministre chargé de l'enseignement supérieur) et deux représentants des jeunes désignés par le ministre chargé de la jeunesse.

Pour combattre cette résistance culturelle et sociale et la peur du changement, il faudrait arriver à trouver les moyens d’apaiser la société, de l’amener et de l’accompagner vers les mutations et les transitions nécessaires. 

 

 « Il faut changer le regard et inverser la problématique du secteur maritime »

Autre constat alarmant : l’absence d’une bonne gouvernance et d’une vraie politique maritime en France alors qu’il faudrait en faire une priorité nationale. La France dispose en effet d’un potentiel maritime exceptionnel (elle est le deuxième territoire maritime mondial) et 90% des marchandises transportées dans le monde empruntent le mode maritime. Le secteur maritime français est un secteur puissant et diversifié  qui représente des centaines de milliers d’emplois et qui compte de nombreux acteurs leaders mondiaux en matière de savoir-faire technologique dans leurs métiers respectifs.

Pour inciter les politiques à s’intéresser à la problématique du maritime, Jean-Paul Delevoye et Gérard Grignon préconisent une approche différente. Il faudrait, selon eux, changer le regard et inverser la problématique du secteur maritime et pour cela, mettre en avant la puissance maritime de la France - ou mieux, en faire un intérêt européen - et fixer les grandes orientations. De même qu’il faudrait « décoller » le politique de son environnement traditionnel et trouver des leviers de pouvoir qui conduisent à des stratégies gagnantes pour la France. 

 

Un « Pacte de la mer »

Membre du groupe des personnalités qualifiées et de la section environnement du CESE et engagée depuis plus de dix ans dans des actions liées au développement durable, Catherine Chabaud préconise d’instaurer un « Pacte de la mer », à l’instar du « Pacte Ecologique » lancé en 2006 par la Fondation Nicolas Hulot - qui avait donné une impulsion sans précédent à l’égard de l’écologie en France - tout en veillant à faire de la sensibilisation citoyenne et de placer cette réflexion bien au-delà des échéances électorales.

Cette « bouteille à la mer » lancée par Catherine Chabaud pourrait bien être introduite dès fin 2015 à l’occasion d’un Colloque sur la mer organisé par l’IFM (approche nouvelle, croissance et gouvernance y seront en grande partie abordées) et bénéficiera incontestablement du soutien actif et sans faille du Cluster Maritime Français ainsi que de WISTA France.

 

En savoir plus sur le CESE : http://www.lecese.fr/


Petit-déjeuner avec Bertrand Faurisson, Cap-Marine

Ce moment informel et convivial a permis au directeur général de Cap-Marine de se souvenir, avec une pointe de nostalgie, de l’origine de sa passion pour la mer et plus particulièrement pour le courtage maritime.

 

Une passion familiale


Cette passion pour la mer est avant tout une histoire de famille : son père a créé A.F. Marine (société concurrente de Barry Rogliano Salles, autre courtier d’assurance maritime, installé aujourd’hui dans les mêmes locaux que Cap-Marine !), et son frère travaille également dans  le maritime.
En quelques stages professionnels, Bertrand Faurisson prend pleinement conscience de son intérêt pour ce secteur d’activité. C’est d’ailleurs le sujet de l’un de ses derniers rapports de stage : « Création d’un département de courtage maritime chez un courtier d’assurance maritime » qui le conforte dans sa passion pour le shipping et qui le lance dans cette voie. Il acquiert également une première expérience en tant que courtier d’assurances chez un Broker en Angleterre, qui lui suggère d’ouvrir une antenne à Paris.
Ainsi naît la société Philmar Assurances en 1989, qui fusionne dix ans plus tard avec la société Bidault de Bardy  (créée par les deux derniers courtiers jurés d’assurances à Rouen) pour former Cap-Marine Assurances et Réassurances.
Cap-Marine, dont le siège social est à Rouen, gère aujourd’hui un portefeuille de plus de 450 clients basés en France et à l’étranger, et place les assurances de plus de 3 200 navires de tout pavillon. La société collabore avec une soixantaine d’assureurs et a traité 60 millions de primes d’assurances en 2013 (dont une partie a été placée par des compagnies d’assurances basées en France).
Cap-Marine emploie une cinquantaine de collaborateurs répartis sur trois sites (Rouen, Neuilly-sur-Seine et Nantes).
La société, qui a su s’adapter aux opportunités et aux exigences liées à son métier par des lancements de normes qualités, des moyens innovants et des procédures, est aujourd’hui reconnue comme une société dynamique, leader en courtage d’assurances maritimes et transport.

 

Un métier « multi-casquettes », dans un secteur en pleine évolution


Lors de cette rencontre avec les membres de WISTA France, Bertrand Faurisson a mis en avant le rôle « multi-casquettes » du métier de courtier d’assurances.
Le courtier, est mandaté par son client (l’assuré) pour gérer et suivre les contrats d’assurance avec l’assureur, a la charge de négocier auprès des compagnies d’assurances les termes juridiques, économiques et commerciaux du contrat et peut faire évoluer les conditions générales dudit contrat en fonction des besoins du client. Il a également un rôle de conseil et peut émettre des recommandations ou des appréciations à ses clients.
Mais cela ne suffit pas. Dans ce secteur, où la nationalité de l’assuré ou de l’assureur importe peu (il n’existe aucun lien de nationalité géographique entre les assurés et les assureurs comme il n’en existe aucun entre un assureur et un type de navire), la qualité des relations humaines est importante, voire primordiale.
C’est pourquoi Cap-Marine privilégie des relations commerciales avec ses clients dans un souci de  déontologie, du respect mutuel et d’efficacité.
« Le courtier est dans un métier de confiance, de communication et de relations humaines entre les différentes parties, et ce dès le montage du dossier. Le rapport de force ne fonctionne pas à long terme, et la relation avec – et entre – l’assuré et l’assureur doit être réellement construite sur une relation pragmatique et de confiance », souligne Bertrand Faurisson.
Le directeur général de Cap-Marine  s’est également exprimé, en toute transparence, sur les différents niveaux de rémunérations possibles des courtiers d’assurance, les montants des commissionnements négociés avec l’assureur et les Clubs P&I (Protection & Indemnity Clubs) qui représentent des mutuelles d’armateurs couvrant la responsabilité civile des armateurs et des affréteurs de navires.
Compte tenu des évolutions du secteur maritime et notamment des nouvelles ressources de la mer (en particulier les EMR), le courtier, ainsi que tous les acteurs de la chaîne économique, devront inévitablement s’adapter aux exigences imposées par des projets industriels innovants qui présenteront certainement de nouveaux risques techniques et parfois complexes à assurer.

 

En savoir plus : www.cap-marine.com


Catherine Tissot-Colle, invitée de WISTA France

 

Ce fut l’occasion pour Catherine Tissot-Colle de mieux connaître le réseau WISTA et, pour les membres présentes, d’en savoir plus sur ERAMET, un groupe minier et métallurgique français, leader mondial des métaux d’alliage et de la métallurgie haut de gamme. Le Groupe emploie environ 14 000 personnes dans 20 pays avec un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros.

Dès le début des années 2000, le groupe ERAMET prend conscience de la problématique environnementale. Il s’engage alors dans une logique de responsabilité citoyenne et de développement durable formalisée par la création de la Charte Sécurité (2001), de la Charte Environnement (2002) et de la politique de santé (2007), avant d’adopter une politique Développement Durable en 2010. Dans cette continuité, ERAMET décide également d’adhérer à l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) et de rejoindre le programme BBOP (Business and Biodiversity Offsets Program) qui vise l’échange d’expériences en matière de compensation écologique.

Arrivée dans le groupe ERAMET en 2001, avec un profil juridique et après une carrière dans le nucléaire, Catherine Tissot-Colle prend en 2007 la responsabilité de la communication et du développement durable réunis au sein d’un même département. Depuis cette date, elle est (la seule femme) membre du Comité Exécutif.

Désignée par le Medef, Catherine Tissot-Colle est membre du « Groupe des Entreprises » du CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental), vice-présidente de la Section Environnement, membre des Commissions temporaires sur le Grenelle de l’environnement et le « Rapport annuel sur l’Etat de la France ».

Le CESE est une assemblée consultative qui réunit des représentants de la société civile (patronat, syndicats, associations, etc.) au niveau national organisées en sections, délégations et commissions temporaires, chargés de la préparation des études et des projets d’avis dans divers domaines de compétences. Le CESE produit entre 25 et 30 avis par an.

Dans ses projets d’avenir à moyen/long terme, le groupe ERAMET entend également « se tourner » vers de nouveaux métaux d’alliages et de nouveaux procédés pour développer des matières considérées comme stériles ou non valorisables avec les procédés existants. Il s’intéresse aussi à une  possible exploitation des ressources sous-marines, les travaux conduits en partenariat avec l’IFREMER et TECHNIP dans le cadre du projet Futuna associant recherche de substances valorisables et études environnementales  (biodiversité).

En savoir plus : www.eramet.com


Fernand Bozzoni, invité de WISTA France

Fernand Bozzoni, PDG de SOCATRA (Société d’Armement et de Transport), armateur de navires pétroliers, était l’invité de marque du petit-déjeuner WISTA France organisé le 14 novembre dernier dans une ambiance informelle, conviviale et interactive. 
Accompagné de sa fille Marie, qui a rejoint l’entreprise familiale depuis un an et demi et fait ses premières armes dans la gestion des risques, Fernand Bozzoni s’est exprimé sur le métier d’armateurs de navires pétroliers, l’armement en général et l’avenir des petits armateurs familiaux français.   

Les nouvelles réglementations relatives à l’environnement, aux compétences des hommes et des entreprises ainsi que les nouvelles techniques de financement  des naviresconstituent un tournant majeur dans l’approche du métier d’armateur et rend plus complexe et parfois périlleux son exercice par des armements plus confidentiels et desarmateurs familiaux, Fernand Bozzoni appelle de ses vœux les modes de financement alternatifs tout en encourageant l’imagination et l’enthousiasme pour affronter l’avenir ! 

Dans la lancée du rapport parlementaire récemment remis au Ministre des transports sur la compétitivité de l’armement français, le PDG de SOCATRA a également évoqué la place réduite du pavillon français dans le shipping mondial en dépit de l’excellence de la formation des marins français, reconnue mais peu défendue par l’Etat français, et l’expertise de nombreux acteurs du monde maritime français. 

Le Groupe SOCATRA (dont le siège est basé à Bordeaux) est à la suite d’une diversification rondement menée, présent dans trois secteurs d’activité : 
- Transport maritime pétrolier et transports sensibles 
- Stockages d’hydrocarbures 
- Transport de passagers et Tourisme fluvial (avec l’acquisition des Vedettes de Paris et de la Cie des Bateaux à Roue. 
Il compte parmi ses clients les plus grands noms de l’industrie pétrolière (Shell, Exxon, …) dont les exigences techniques liées à la spécificité des opérations impliquent un respect sans faille des procédures ainsi définies et une réactivité de tous les instants sur la scène de la compétitivité internationale. 

Plus d’informations sur le site de SOCATRA : http://socatra.com/


WISTA, réseau international

De retour de la 39ème édition de la conférence internationale de WISTA, centrée sur l’innovation au sein de l’industrie maritime, je constate que l’industrie maritime est extrêmement réactive aux défis d’un environnement économique, social et règlementaire en constante évolution, pour trouver les solutions adéquates en termes de sécurité, sureté et respect de l’environnement. La conférence internationale demeure le lieu de débats passionnants sur les sujets maritimes d’actualité.

 

Quant à l’AG, les discussions entre les différentes NWISTA (associations nationales) ont révélé la progression régulière de notre réseau qui compte aujourd’hui près de 3000 membres dans 41 pays. Il est donc primordial de nous interroger sur la présence de WISTA dans l’environnement maritime mondial et de mener une réflexion sur la promotion de notre réseau. WISTA initie ainsi une démarche pour quantifier la place des femmes dans l’industrie maritime et déterminer les outils pour assurer leur promotion.

 

Cette démarche s’accompagne d’une réflexion pour améliorer la cohésion des membres des 41 pays représentés au sein de l’association. L’ADN de WISTA est, je ne le dirai jamais assez, le réseau international et l’objectif est ici de sensibiliser les membres de toutes les NWISTA sur l’importance de cette dimension mondiale.

 

Je vous donne donc rendez-vous à toutes l’année prochaine à Rotterdam du 3 au 6 octobre 2017, pour la 40ème édition de la conférence internationale.

 

Très amicalement.

 

Béatrice Witvoet, Présidente WISTA France

Conférence à Marseille - 31/01/14

Intervention de Patrick BARAONA, Directeur Pôle Mer Méditerranée

Téléchargez la news en PDF

Conférence à Marseille - 31/01/14

Intervention de Carole PAVAUT, d2m Engineering

Téléchargez la news en PDF

Conférence à Marseille - 31/01/14

Intervention d'Isabelle Daumas, ENSM

Téléchargez la news en PDF

Conférence à Marseille - 31/01/14

Intervention d'Anne Dussaulx, Del Viso avocats

Téléchargez la news en PDF

Conférence à Marseille - 31/01/14

Intervention de Foad Zahedi, JIFMAR

Téléchargez la news en PDF

Conférence à Marseille - 31/01/14

Inetrvention de Franck Journeau, Centrale Marseille

Téléchargez la news en PDF

Visite du Chantier Naval de Marseille

17 /09/2015 - WISTA France a visité le Chantier Naval de Marseille

Téléchargez la news en PDF

WISTA International - Newsletter octobre 2015

Téléchargez la news en PDF

Le bilan de la COP21 par WISTA France (24/02/2016)

Pasquine Albertini, responsable Communication d'Armateurs de France et membre de la cellule Communication de la Plateforme Océan et Climat, a présenté le bilan « Océan » de la COP21.

Téléchargez la news en PDF

Des nouvelles de notre filleule 2015 : Laura

Téléchargez la news en PDF

Premier atelier WISTA France « Le numérique, l’avenir du maritime » ! (20/06/2016)

Téléchargez la news en PDF